Pourquoi le battage médiatique des jetons pourrait devenir nul



NFT est devenu le porteur d’espoir pour le secteur de l’art malmené. Un nouveau marché de vente se crée pour les créatifs, tandis que les acheteurs bénéficient de plus-values. La prétendue situation gagnant-gagnant pourrait toutefois s’élever à un énorme jeu à somme nulle. Car ce qui est réellement acquis avec un NFT est tout sauf clair.

Beeple l’a fait, Eminem l’a fait et Jack Dorsey n’a pas pu s’en empêcher non plus : les jetons non fongibles prennent d’assaut les maisons d’enchères et combattent la culture copier-coller de l’ère d’Internet. Il n’y a pratiquement pas de limites à votre imagination. De l’art à la musique en passant par les messages courts : il n’y a pratiquement rien qui ne puisse être montré sous forme de jeton et vendu aux acheteurs via des marchés tels que Rarible, Nifty ou des maisons à l’ancienne à la Christie’s et Sotheby’s. Mais alors que le commerce de l’art continue de boucler sa ceinture, le battage médiatique pour les acheteurs pourrait encore prendre sa revanche. Car la situation juridique est plus que mince. Ce qui est réellement acquis avec un NFT est encore dans le vide.


Les promesses vides

Les jetons non fongibles sont essentiellement des signatures cryptographiques de contenu numérique sécurisées sur un réseau blockchain. La majorité des NFT reposaient jusqu’à présent sur la blockchain Ethereum et sur la norme dite ERC-721, qui garantit l’unicité et l’indivisibilité des jetons. Contrairement aux jetons de paiement tels que Bitcoin, chaque jeton est unique et ne peut pas être dupliqué. Mais qu’est-ce qui justifie le prix d’un immeuble pour un fichier au fond facile à copier ? Après tout, une œuvre Beeple est librement accessible sur Internet et peut être glissée sur votre propre ordinateur en quelques clics, même sans le NFT.

La réponse est aussi banale que complexe : un acheteur NFT possède le NFT, pas un pirate. La promesse principale de l’industrie NFT est basée sur ceci : en plus du contenu réel, tel que des titres musicaux ou des images, les acheteurs reçoivent également les droits sur l’œuvre. La revendication de propriété de l’œuvre respective et donc aussi les droits d’exploitation sont attestés par un contrat intelligent. Un acheteur NFT peut faire ce qu’il veut avec le travail et a ainsi acquis un système à vie. Un NFT Eminem ou Beeple pourrait être utilisé à des fins publicitaires, par exemple. La structure d’un contrat intelligent permet également la répartition des redevances, qui peuvent être réparties tout au long de la chaîne de valeur, depuis le créatif et divers intermédiaires jusqu’au client final.

« Quiconque achète un NFT sans droits d’exploitation ne peut même pas publier le contenu lui-même »

Mais c’est bien là que se pose le problème, car : « Un transfert de droits ne se fait pas sans plus attendre lors de la vente d’un NFT », explique l’avocat des médias Severin Riemenschneider à BTC-ECHO. Bien que le NFT monnayé soit un contenu exclusif des artistes, « un transfert de droits d’auteur n’y est normalement pas associé ».

Le NFT ressemble plus à une pièce signée à la main. Quiconque achète un disque signé à la main n’acquiert pas nécessairement les droits d’auteur ou d’exploitation sur la musique.

Séverin Riemenschneider, Cabinet d’avocats en médias Francfort

NFT agit plutôt « comme un moyen de fournir un contenu numérique avec une signature unique ». Mais même cette comparaison est déjà à la traîne, dit Riemenschneider : « parce que la signature n’est pas liée à l’œuvre, mais se trouve dans le grand livre de la blockchain respective ». La blockchain ne contient pas l’ensemble de l’œuvre, « juste un lien vers celle-ci ». Si ce lien a été traîné et donc mené nulle part, il n’y a pas moins de menace que de perte totale.

S’il est possible « d’octroyer des droits d’exploitation en même temps que le NFT », cela nécessite encore un contrat correspondant. Les tokens compliquent ainsi plus qu’ils ne simplifient, car « le contrat relève du droit d’auteur, pas du NFT ».

Quiconque acquiert un TVN sans droits d’exploitation, et cela devrait être la règle, n’est même pas autorisé à reproduire ou publier le contenu lui-même.

Séverin Riemenschneider

Dans tous les cas, cela vaut la peine d’y regarder de plus près. NFT n’est pas seulement NFT. Dans les grandes entreprises en particulier, les trois lettres sont susceptibles d’être utilisées comme slogan pour les stratégies marketing. Le groupe « Kings of Leon » a également très bien frappé le tambour publicitaire NFT pour leur dernier album. Cependant, seules des « conditions d’enchères » sont associées à l’achat, aucun droit d’exploitation. « Selon leurs termes et conditions, les acheteurs sont autorisés à exposer les œuvres créées spécialement pour les versions NFT pour leur propre usage non commercial. Les droits d’utilisation de la musique elle-même ne sont pas accordés », explique l’avocate Marion Goller à BTC- ÉCHO. Dans ce cas, les jetons sont plus un gadget qu’un investissement et pas plus qu’une affiche.

Enfin et surtout, il existe un grand risque d’abus sur le marché. Les textes, les images ou encore les titres musicaux sont de mise sur Internet. Qui garantit que seuls ceux qui frappent le NFT qui ont le « droit » de le faire ? Certains NFT ont déjà été frappés par des personnes qui « n’ont aucun droit d’auteur sur le contenu en question ». Des contrefaçons Beeple circulent également déjà sur les places de marché, qui peuvent difficilement être distinguées du NFT original. Dans ses images, les contrefaçons peuvent être plus visibles. Plus l’artiste est petit, plus il devrait être difficile à suivre. Les NFT ne résistent pas au copier-coller après tout.

Aucune taille unique ne convient à toutes les solutions pour NFT

À bien des égards, le battage médiatique NFT menace de se traduire par un jeu à somme nulle. D’un point de vue juridique, le marché du NFT est une immense zone grise. Les promesses qui peuvent être tenues ne deviendront apparentes que lorsque les accords de licence seront intégrés dans des réglementations uniformes. Cependant, il reste à voir si les TVN vont changer la donne pour l’art, la musique ou la littérature.

Aux yeux de leurs fans, les NFT devraient remplacer le droit d’auteur par la technologie à long terme. Mais il est très douteux qu’ils soient capables de le faire. Un registre basé sur la blockchain des œuvres protégées par le droit d’auteur serait utile ; mais ce n’est pas un TVN. Les TVN sont également inutilement complexes à appliquer. Les mécanismes connus de gestion des droits numériques (DRM) sont plus adaptés à cela.

Marion Buts, Cabinet d’avocats en médias Francfort

Ce contexte explique la réticence des sociétés de gestion collective. Les trois grands collectionneurs d’argent pour les éditeurs, les artistes et les labels – GEMA, VG Wort et VG Bild-Kunst – semblent observer les évolutions de loin. Cependant, il ne peut être question d’un renversement de tendance dans le droit d’auteur.

Une porte-parole de la GEMA a expliqué à BTC-ECHO que NFT « provoque également beaucoup de discussions dans l’industrie de la musique ». Cependant, il reste « de nombreuses questions juridiques, technologiques et économiques à clarifier ». GEMA suit ces développements et « analyse actuellement les possibilités et les effets ». En raison de la « complexité des cas d’utilisation », cependant, il n’y a très probablement pas de « solution unique pour tous » – simplement « parce que NFT n’est pas la même chose que NFT ». Urban Pappi, directeur général de VG Bild-Kunst, confirme : « Chez NFT pourrait la propriété peut être vue dans un transfert des droits d’auteur exclusifs au nouveau « propriétaire ». Mais il y a encore beaucoup au subjonctif, « parce qu’il y a des examens finaux ici ».

Les services de streaming sont calmes

Les grandes plateformes de streaming sont également plutôt réticentes et semblent se calmer sur la tendance. NFT pourrait juste re-réglementer la répartition des redevances et ainsi bousculer les modèles de rémunération des services musicaux. Au moins si plus d’artistes et surtout de grands artistes vendent leurs œuvres exclusivement sur le marché NFT.

Mais ensuite, le chat se mord la queue. Les grands artistes et labels profitent en priorité des plateformes de streaming et n’ont aucun intérêt à distribuer les droits d’exploitation de la musique via NFT. Interrogés, Amazon Music et Deezer ont tous deux déclaré que le contenu NFT n’était « pas un problème pour le moment ». Spotify n’a pas voulu faire de déclaration, Tidal n’a pas répondu à une demande. Il est discutable que les jetons fourniront plus de discussion là-bas.

Il reste donc à voir si NFT peut tenir ses promesses. Il est incontestable que les jetons ont un potentiel immense. Cela seul montre la variété de leurs applications possibles. Du côté des acheteurs, cependant, les attentes devraient être étranglées. De nombreux jetons entrent dans la catégorie des gadgets pour les fans. Lorsque la fumée se dissipera sur le marché, l’ambiance de la ruée vers l’or pourrait se transformer en grand désenchantement.


Articles relatifs

Le FC Barcelone entre dans la zone NFT / Metaverse? Explication de l’objectif et du contexte | Colonne Crypto-monnaie | HEDGE GUIDE pour la comparaison et le classement des crypto-monnaies (actifs cryptographiques)

CONTINUER → Cette fois, en ce qui concerne le développement du NFT / Metaverse du FC Barcelone, M. Sho Nakajima (Twitter : Twitter 🙂 qui a de l’expérience en tant qu’important négociant d’échange de crypto-monnaie et est actuellement engagé dans le secteur de la fourniture de contenu de crypto-monnaie. @sweettrader3 / Instagram : @fukuokasho12) Expliqué. […]

Voir Plus

APENFT Le jeton NFT que vous ne pouvez pas vous permettre de manquer

CONTINUER → SAN FRANCISCO, CA / ACCESSWIRE / 20 mai 2021 / APENFT lancera NFT, un jeton natif le 20 mai, ce sera le premier projet à être mis en ligne sur le nouveau Huobi Prime amélioré. APENFT est né avec la mission et le but d’enregistrer des œuvres d’art de classe mondiale en tant […]

Voir Plus

Que sont les jetons NFT et ce que vous pouvez en faire au-delà du battage médiatique

CONTINUER → Un battage médiatique s’est emparé du monde de l’art et de la création et est découvert par les investisseurs comme une nouvelle forme d’investissement : les jetons non fongibles, également appelés NFT en abrégé. L’un des exemples actuellement sensationnels : Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, a vendu son premier tweet sur la […]

Voir Plus